Nouvelles

Verdict: la clinique doit être responsable du saut d'un patient atteint de démence par la fenêtre

Verdict: la clinique doit être responsable du saut d'un patient atteint de démence par la fenêtre



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

OLG Hamm: les obligations de soins ont été violées
Si un patient dément confus saute par la fenêtre d'un hôpital, la clinique est responsable de tout dommage subi. Le tribunal régional supérieur (OLG) de Hamm s'est prononcé dans un jugement définitif publié le mercredi 19 avril 2017 (Az.: 26 U 30/16), notamment dans le cas des patients atteints de démence grave. Il aurait été possible et raisonnable pour l'hôpital de déplacer le patient dans une chambre d'hôpital du rez-de-chaussée ou d'empêcher l'ouverture de la fenêtre, selon la décision Hammer Richter du 17 janvier 2017.

La femme atteinte de démence, décédée en mars 2011 à l'âge de 81 ans, a été admise dans un hôpital de Winterberg en raison d'un évanouissement. Le jour de son admission, elle était agitée, agressive, confuse et désorientée. Le personnel infirmier a eu du mal à les empêcher de s'enfuir. Les infirmières ont finalement déplacé l'extérieur de la porte de la chambre avec un lit d'hôpital.

L'homme de 81 ans est sorti de la fenêtre de la chambre sans se faire remarquer et est tombé de cinq mètres sur un auvent de la clinique. Le patient souffrait de côtes cassées ainsi que d'une vertèbre lombaire, d'une cuisse et d'une fracture de l'anneau pelvien. Les blessures ont été traitées chirurgicalement dans un autre hôpital. De là, elle est arrivée dans une maison de retraite où elle est décédée un peu plus tard.

L'assurance maladie de la femme demandait désormais à l'exploitant de l'hôpital une indemnité d'un montant d'environ 93 300 EUR pour les soins liés à l'accident et pour l'indemnité journalière d'hospitalisation versée. La clinique a violé ses obligations en matière de sécurité routière.

L'OLG avait maintenant raison pour l'assurance maladie. La clinique a violé ses obligations contractuelles en matière de soins et son obligation d'assurer la sécurité routière. Elle aurait dû protéger le patient des dommages et des dangers.

Selon la documentation de l'hôpital, la femme de 81 ans était «imprévisible» et voulait fuir sa chambre. L'expert médical avait également confirmé que les patients «veulent pratiquement tout faire» avec ce tableau clinique. La clinique aurait dû envisager une possible évasion par la fenêtre. Le personnel soignant aurait donc dû éviter de sauter par la fenêtre ou d'envisager de déménager dans une autre pièce, par exemple au rez-de-chaussée. Cela aurait été possible et raisonnable, selon OLG. fle / mwo

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: La démence fronto-temporale (Août 2022).